Tout Seul

Publié le

BD-toutseul.jpg

 

 

Depuis 50 ans, un homme vit en solitaire dans un phare au milieu de l’océan. Même les marins qui le ravitaillent chaque semaine ne l’ont jamais vu. Surnommé « Tout Seul », l’homme est né dans ce phare qu’il n’a jamais quitté, cachant aux yeux des autres sa laideur et s’inventant le monde à travers les mots qu’il découvre au hasard du dictionnaire qu’il consulte régulièrement. Un des nouveaux marins chargés de lui déposer chaque semaine le nécessaire tente d’entrer en contact avec lui et « Tout Seul » ne demande qu’une chose : « Des images du monde ». De quoi élargir son horizon…

Deuxième album de Chabouté pour moi et vrai coup de cœur pour cette histoire où les mots se font discrets pour laisser place à l’imaginaire. Et pourtant, malgré la rareté des phylactères, ils sont bien présents les mots, plus que jamais. Chaque jour, l’homme du phare laisse le hasard choisir un mot et pour chaque définition, il se fait une image : un moyen de rêver ou de prendre aussi parfois la réalité en plein cœur. Et cet homme qui ne connaît que son phare se fait sa propre image du monde, l’occasion pour Chabouté de livrer au lecteur de belles vignettes entre humour et poésie.

Pas forcément besoin de longs discours pour faire de belles histoires, puissantes et qui touchent au cœur : la preuve avec cet album de Chabouté. Le noir (très profond le noir) et blanc et la construction très cinématographique donnent aux images une puissance d’évocation incroyable. Et on plonge dès le début dans l’univers avec une belle scène d’ouverture qui plante magistralement le décor : on se croirait presque au cinéma ! La caméra, pardon le regard, balaye la mer, quelques mouettes en gros blanc et voilà qu’on se prend à les entendre pousser leurs cris, le « boum » en contre-champ, mystérieux, inexplicable, inexpliqué qui intrigue forcément, le phare inhospitalier, presque inquiétant. Et la solitude du personnage est déjà là, présente, posée bien avant qu’on ne le découvre. Et ça, pour moi, c’est du grand art !

Une bande-dessinée qui m’a, vous l’aurez compris, conquise et marquée par sa poésie, son imaginaire, le joli rôle des mots aussi et par le talent de Chabouté à poser des scènes, à faire jaillir une émotion, à nous embarquer sans jamais nous lâcher aux côtés de son héros solitaire, que l’on a terriblement envie d’aimer.

 

Mo a eu l’idée de proposer une lecture commune autour de Tout Seul de Chabouté : son billet. Une lecture que j’ai partagée aussi avec Gridou, Sara et L'Ogresse. Et ce fut un plaisir!

 

Tout Seul de Chabouté. Editions Vents d’ouest/ 2008.


 

Et mercredi rime avec BD chez Mango!

 

Logo BD du mercredi de Mango 1

Publié dans Des bulles dans la mer

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

zazimuth 05/07/2011 19:45



C'est une bande dessinée que je m'étais fait offrir il y a deux Noël et que j'adore !!! Tiens je vais aller la relire !



Vero 06/07/2011 12:02



Ah quelle chance de l'avoir dans sa bibli perso. Je l'ai emprunté à la médiathèque et j'ai bien été obligée de le rendre... grrrrr! Je l'aurais bien gardé celui-là!



Choco 23/06/2011 19:26



MOn album préféré de l'auteur ! Je suis contente de le voir un peu partout ! :)



Vero 27/06/2011 07:27



J'en ai lu trois de Chabouté et ma préférence va définitivement à celui-ci!



L'Ogresse 11/06/2011 10:40



Je suis totalement d'accord avec toi (ah ces boums tellement intriguants au debut !) Merci pour cette LC, ca a ete un plaisir pour moi aussi



Vero 14/06/2011 12:18



Alors j'espère qu'il y en aura d'autres!



Pascale 09/06/2011 06:51



si poésie alors c'est tout bon pour moi :) ! je jeterai un oeil à la Bm... merci pour ce beau billet !



Vero 14/06/2011 12:19



De rien! C'est vraiment un album à découvrir!



Yaneck Chareyre 08/06/2011 20:49



Pour une fois, je trouve que l'absence de phylactères est très bien employée, très justement. Quand ils arrivent, ce n'est pas pour rien, et s'ils n'y sont pas, c'est pour une bonne raison. Un
grand, ce Chabouté.



Vero 14/06/2011 12:20



Une belle réussite effectivement. Du coup, je crois bien que les autres titres de Chabouté risquent de me paraître plus fades.