Le coeur régulier

Publié le

adam-lecoeurergulierA la mort de son frère, Nathan, Sarah quitte sa vie bien rangée pour aller sur les traces du disparu au Japon. Nathan, c’était un écorché vif qui se rêvait écrivain, cumulant les petits boulots, ne trouvant jamais sa place dans une société faite d’accommodements raisonnables. Sarah et Nathan, c’était un amour inconditionnel, malmené par les choix rangés de l’une et le rejet des conventions de l’autre. Et la mort de Nathan a ouvert en Sarah un gouffre, un trou béant qui la laisse hébétée et pantelante. Lors d’un voyage au Japon, auprès de Natsume - un vieillard qui tente d’empêcher les suicides sur les falaises de sa ville – Nathan semblait avoir trouvé une forme de renaissance. Sarah va, elle aussi, renaître à sa manière auprès des habitants et des rencontres dans cet endroit hors du temps, bercé par la nature.

D’abord un grand merci à Clara, qui, ayant noté mon impatience à découvrir le nouvel opus d’un Olivier Adam que j’affectionne particulièrement, m’a gentiment proposé de me prêter son exemplaire. Et c’est avec un plaisir non dissimulé que j’ai retrouvé la plume de Monsieur Adam. Le cœur régulier est un récit empreint de douceur et débordant d’un amour quasi-passionnel, celui d’un frère et d’une sœur. Des alter ego que la vie a parfois éloignés. « Ni avec toi, ni sans toi » pourrait être leur devise. « Ni avec toi » parce que Nathan méprise la vie choisie par sa sœur : son mariage sage et fade, le moule insipide dans lequel elle s’est glissée. « Ni sans toi » car seule Sarah semblait raccrocher Nathan à la vie ; elle était son port d’attache, son amie, sa sœur, sa jumelle, son soutien financier aussi (au grand dam d’Alain, le mari de Sarah). Le cœur régulier, c’est aussi un livre porté par la nature et les éléments. La nature d’un Japon décrit avec finesse par Olivier Adam et les éléments chers à l’auteur aussi, falaises battues par la mer. Un roman qui pose aussi la question de nos choix et des compromissions.

Je me souviens avoir écrit sur un commentaire, au tout début de ma lecture, que je sentais que ce livre-là n’avait pas, pour moi, la même force que Des vents contraires que j’avais particulièrement aimé. J’ai refermé le livre hier et je ne suis plus aussi sûre de cela. Si les deux romans sont différents, ils contiennent une même force qui vous enveloppe et vous maintient au plus près des agitations du cœur des personnages.

 

 

 

Le cœur régulier d’Olivier Adam. Editions de l’Olivier/ 2010.

 

 

Le coup de coeur de Clara et l'avis plus mitigé de Canel


 

1pourcent-1

Publié dans Voyages en France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Antoine 09/09/2010 09:50



Pour ma part c'est le premier livre d'Olivier Adam que je lis. J'ai plutôt bien aimé mais je n'en garderai pas un grand souvenir. Ca se lit bien, c'est plutôt bien écrit mais je crois quand même
qu'il manquait un petit quelque chose pour me séduire totalement.



Vero 09/09/2010 14:11



Je comprends ce que tu veux dire. Pour moi (je n'ai pas tout lu mais presque!), c'est vraiment Des vents contraires que je ferais découvrir. Gros gros coup de coeur!



Marie L. 13/08/2010 11:11



Un 2ème avis positif sur ce livre. J'aimerais poursuivre ma découverte de cet auteur et ce roman, je le "sens" bien... ;)



Vero 13/08/2010 16:11



C'est un bien joli roman, il est vrai. Mais de toute façon, je ne suis pas très objective dès qu'il s'agit d'Olivier Adam... ;-)



Schlabaya 13/08/2010 10:15



Plus j'en entend parler, et plus ce livre me tente !



Vero 13/08/2010 10:22



Alors, il ne faut pas résister! ;-)



antigone 12/08/2010 18:56



Ah là là, bientôt bientôt ! Tu es moins enthousiaste que pour "des vents contraires" mais l'effet semble à long terme, non ?



Vero 13/08/2010 10:27



Il est vraiment très bien ce Coeur régulier et effectivement il me fait beaucoup d'effet depuis que je l'ai refermé! Il s'est confortablement installé dans
ma liste des préférés d'Olivier Adam auprès de Des vents contraires et du recueil de nouvelles Passer l'hiver!



clara 12/08/2010 10:21



Dans ce roman, on retrouve des thèmes chers à Olivier Adam. Je trouve que ce livre se démarque des autres romans de l'auteur. Moins de noirceur et au final une femme qui se reconstruit ...


Un gros coup de coeur ! J'aime l'écriture d'Olivier Adam et ses personnages  écorchés, abîmés par la vie.



Véro 12/08/2010 12:06



Merci encore pour ta gentillesse. J'ai été follement excitée de le découvrir en "avant-première" car le temps qu'il arrive par ici, j'aurais trépigné d'impatience et
de rage contenue pendant des semaines - comme à chaque rentrée littéraire!


Je suis d'accord avec toi: on retrouve des thèmes d'Olivier Adam avec cette fois, moins de noirceur, une fin ouverte sur une vraie lumière. Et bien que je ne l'ai
pas évoqué dans mon billet, c'est aussi un portrait de femme fort. D'ailleurs, les extraits que j'ai notés, évoquent la maternité, la vie de femme.