Les insurrections singulières

Publié le

benameur-insurrectionssingulieres.jpg

 

Bien qu’il ait toujours trouvé la vie de ses parents étriquée, Antoine est devenu ouvrier comme son père. Lorsque son couple vole en éclats, il retourne vivre dans sa chambre d’enfant. A l’usine, ça ne va pas fort non plus : le vent de la délocalisation souffle et le nouvel Eldorado rime pour les patrons avec Brésil. En France, on incite les rats à quitter le navire. Le retour à la maison parentale met Antoine face à ses propres errances. Il revient sur le couple qu’il a tenté de construire avec Karima, un professeur de français, une intellectuelle qui lui reprochait son manque de mots. Pour se sentir à la hauteur, il a bien tenté d’intégrer la lutte ouvrière. Mais même là, Antoine se sent décalé. Comme à huit ans dans la cuisine de ses parents qu’il a tenté de fuir, comme à la fac où il ne savait prendre part aux conversations des autres étudiants. Pourtant depuis toujours, Antoine sent en lui un élan qu’il ne parvient pas expliquer, quelque chose qui lui murmure incidemment que le monde, son monde est ailleurs. C’est en retrouvant Marcel, un vieux bouquiniste, ami de ses parents qu’il va doucement s’ouvrir aux livres, aux mots, à un autre ailleurs. Embarqué avec Marcel au Brésil, il part sur les traces de Jao Monlevade qui a donné son nom à la ville où se trouve aujourd’hui l’usine qui les prive de travail en France. Un départ pour l’autre bout du monde le révèlera à lui-même.

En commençant Les insurrections singulières, on se dit "voilà encore un livre qui surfe sur la destruction du travail en France, sur les méchants capitalistes qui délocalisent à tout-va, laissant sur le carreau les bons travailleurs français qui ont donné leur vie à leur entreprise". Et que finalement on n’a peut-être pas envie de retrouver dans les livres les infos plombantes du JT. Mais si Jeanne Benameur part effectivement de cette trame, elle interroge aussi quelque chose de plus profond : les contradictions de la vie ouvrière. Le père d’Antoine n’a connu que l’usine et les parents rêvent pour leurs enfants d’une « vie meilleure ». Et Antoine de s’interroger mais « elle vaut quoi alors votre vie à vous ? » Si ces parents ont su s’en contenter, pourquoi pas lui ? Pourquoi le silence du père et déception criante de sa mère lorsqu’il est embauché ? Peut-on rêver toujours mieux en n’agissant pas ?

Les insurrections singulières interrogent aussi en filigrane la lutte des classes : Loïc le frère d’Antoine a réussi, lui (il est instituteur), sa petite amie professeur de lettres. Antoine vit le décalage mais finalement pas celui qu’on croit, pas simplement celui d’être ouvrier en face de gens instruits. Mais le décalage de ceux qui ont vécu dans l’ombre de leurs rêves, de ce qui les prenait vraiment aux tripes, de ce qui les animait dans le silence parce qu’ils n’ont jamais osé en parler, parce que ce n’est pas pour eux. Etudiant, Antoine quittait la fac et arpentait, la nuit, les rues, fasciné par l’architecture. Il se noie dans les bouquins d’archi à la bibliothèque et sa rencontre avec le vieux Marcel lui ouvre aussi une nouvelle voie des mots. Ceux qu’il sent bouillir en lui sans jamais pouvoir les exprimer. Lui le taiseux s’entend devenir bavard au fur et à mesure que la distance se creuse entre sa France natale qui lui renvoie ses soi-disant échecs et l’ouverture d’un horizon nouveau, là-bas au Brésil.

La recette est peut-être classique : « je vivote, je lâche tout, je vais loin et hop soudain je me découvre ! » mais elle marche car la langue efficace de Jeanne Benameur empreinte de poésie interroge insidieusement nos choix, les murs que l’on dresse inconsciemment, les carcans dans lesquels on entre plus ou moins confortablement et nos rêves secrets.

 

Les insurrections singulières de Jeanne Benameur. Ed. Actes Sud/ 2011.

Publié dans Voyages en France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

luocine 26/11/2011 11:50


J'ai bien aimé ton billet alors j'ai mis un lien vers ton blog à la fin de mon article. J'ai quelques réserves sur le roman.


Luocine

Anne 27/04/2011 22:09



Ca y est, je l'ai enfin lu ! Beau livre, juste et original à la fois. Je rêve moi aussi du titre "Laver els ombres" mais ce sont les Demeurées (à deux euros, pourquoi se priver) qui se sont
d'abord invitées dans ma PAL.



Vero 01/05/2011 09:15



Je viens d'aller voir ton joli billet! ;-)



Noukette 15/04/2011 22:59



Très joli billet ! Je suis une inconditionelle de Benameur, j'ai adoré celui ci..., comme tous ceux que j'ai lu d'elle d'ailleurs !



Vero 18/04/2011 17:42



C'était le premier que je lisais de Benameur mais assurément pas le dernier!



clara 13/04/2011 17:57



Alors, on est  passé à l ardaio , la Miss??? et pas pour  parler du beau temps ou de la voisine qui  a perdu son chien...


Whoah!!! J'ai  écouté ( merci Antigone)  et Bravo !!!!



Vero 13/04/2011 20:53



En fait, la radio, j'en fais toutes les semaines depuis fin janvier, ici, à la Réunion. Mais là c'était France Culture... la pression! Cela s'est finalement plutôt bien passé et surtout dans une
chouette ambiance!



Leiloona 13/04/2011 14:39



Je lis ton billet (je l'ai noté depuis longtemps celui-ci), tout en écoutant ta voix sur Géotropiques ! ;)


Bravo à  toi ! 



Vero 13/04/2011 20:53



Merci!