La nonne et le brigand

Publié le

deghelt-lanonne

 

Lysange, la quarantaine, mène une vie de couple paisible avec son époux John. Mais sa chair exulte dans d’autres bras. Un accord plus ou moins tacite avec son mari, dans lequel elle trouve son équilibre. Mais sa rencontre avec Pierre, reporter de guerre, va emporter Lysange dans les tourments d’une passion qu’elle a du mal à contrôler. Lorqu’un mystérieux Tomas lui propose de lui léguer sa maison/ cabane au bord de l’océan avant son départ pour le Brésil, Lysange accepte, à la fois curieuse et animée d’un désir de prendre de la distance avec l’absence de Pierre qui la ronge.

Dans la maison du sud battue par les éléments, Lysange découvre un journal de bord. Il a appartenu à une nonne partie en mission en Amérique du Sud. La jeune femme a voué son âme à Dieu mais lors de la difficile traversée de l’Amazonie, c’est un autre amour qu’elle va découvrir: celui d’Angel, son guide pourtant si peu avenant. En découvrant l’amour naissant de sœur Madeleine, Lysange s’idendifie à la nonne, leurs histoires et la violence des sentiments semblant se faire écho. Et le récit de sœur Madeleine l’amènera bien plus loin qu’elle n’aurait pu l’imaginer.

Le nouveau roman de Frédérique Deghelt fait alterner les chapitres et les époques : les monologues de Lysange s’interrogeant sur ce nouvel amour avec Pierre et ce manque qu’elle maîtrise mal, les rencontres de Tomas et Lysange et leur découverte à tatons l’un de l’autre et enfin le journal de sœur Madeleine et son regard naïf sur un monde qu’elle découvre (l’Amérique du Sud) et sur l’amour et le désir. Un roman agréable car on se laisse, nous aussi, prendre au jeu de la lecture de ce journal. Comme Lysange, on a hâte d’y retourner, de connaître la conclusion d’un amour que l’on pressent avant même que sœur Madeleine n’ose y penser. Mais voilà, cela n’a pas suffi à m’emporter complètement car les monologues de Lysange, eux, m’ont paru répétitifs et parfois ennuyeux et stériles – et ils occupent une grande place dans le roman. Pourtant j’ai également aimé sa rencontre avec Tomas, le mystère qui plane autour de cet homme et de sa singulière proposition. Mais j’ai trouvé le tout parfois un peu pesant… Serais-je donc insensible à l’amour ? Ça m’inquiète… moi qui suis pourtant habituellement très bon public dès qu’il s’agit des tourments de la passion en littérature comme au cinéma !

 

La nonne et le brigand de Frédérique Deghelt. Editions Actes Sud/ 2011.

Publié dans Voyages en France

Commenter cet article

sybilline 04/04/2011 17:38



Franchement je n'ai pas aimé du tout cette Lysange qui  nourrit une véritable obsession sexuelle pour son ami, et qui se croit presque mystique parce qu'elle accepte les crises d'humeur
de son Pierre !


Quant à la nonne, elle cède un peu trop facilement et en se trouvant tout à coup de bien bonnes raisons et en s'accordant subitement la bénédiction divine, ce qui est parfaitement aberrant !



antigone 07/03/2011 19:05



J'avais lu déjà un autre avis assez mitigé, je crois donc que je vais passer allègrement sur ce titre dont la couverture me tentait moyennement.



Sandrine(SD49) 07/03/2011 08:29



La partie concernant la passion de Lysange m'a énervée mais j'ai beaucoup aimé le reste



Vero 07/03/2011 09:08



Nous sommes d'accord! J'ai aussi aimé le journal de soeur Madeleine et les échanges entre Tomas et Lysange, le secret dévoilé également. Mais les interrogations incessantes de Lysange sur sa
passion pour Pierre m'ont ennuyée.



Anne 06/03/2011 20:17



Ce livre ne semble pas emporter l'adhésion totale des lectrices ! Je l'ai fait dédicacer à la Foire du livre de Bruxelles, l'auteur est très généreuse de son temps et de ses explications, je le
lirai quand même avec plaisir, j'espère ! (Mais je veux lire d'abord La vie d'une autre, que je ne connais pas encore.)



Vero 07/03/2011 09:08



J'attends ton avis alors!


La vie d'une autre: j'avais beaucoup aimé.