Cannibale (BD)

Publié le

BD-cannibale.jpg

 

1984. Un barrage sur une route de Nouvelle-Calédonie empêche de passer une voiture au bord de laquelle se trouve un vieil homme calédonien et un blanc. Docéné conseille au chauffeur blanc  de faire demi-tour pendant que lui-même décide de continuer à pied pour aller rejoindre les siens quelques kilomètres plus loin. Etonné de voir un vieux Kanak en compagnie d’un Français à l’heure où le pays est en crise, les hommes du barrage interroge Docéné. Celui-ci leur raconte sa relation à ce « chauffeur blanc », une rencontre dans les années 30 à Paris qui a lié à jamais leurs destins. Et ce que Docéné révèle à ses compatriotes, c’est son histoire, la sienne et celles de nombreux habitants des colonies françaises, arrachés à leur terre pour jouer les figurants à l’Exposition Coloniale de 1931 au Jardin d’Acclimatation. Parqués derrière des grilles, les Kanak sélectionnés sont vidés de toute humanité, exhibés comme des animaux au nom de la puissance et de la grandeur de la France. Suite à un incident, le responsable de l’exposition va même « prêter » quelques Kanak à un cirque allemand en échange de crocodiles…

Adapté du livre éponyme de Didier Daeninckx, Cannibale relate l’horreur de ces zoos humains qui indignaient bien peu dans une époque où ils furent légion. Dans l’idée de montrer à la population, l’étendue de leur empire colonial, plusieurs pays européens ont ainsi exhibé des populations, les réduisant bien souvent à des sauvages. Danses rituelles à heures fixes, cris programmés pour effrayer, repas devenus spectacles : l’Exposition Coloniale de 1931, fierté du gouvernement de Doumergue, est pensé comme un gigantesque parc d’attraction, censé reconstituer un monde à « humaniser » grâce à la colonisation. Terrible lorsque l’on sait que tout ceci a véritablement existé et que le récit de Docéné a été inspiré du témoignage réel d’un homme rencontré par Daeninck en Nouvelle-Calédonie. Ça fait froid dans le dos…

Une bande-dessinée à rapprocher (pour l’histoire, pas pour son traitement) de la série Kia Ora d’Olivier Jouvrau et Efa (en trois volumes) qui elle, raconte l’exil d’une famille Maori, arrachée de Nouvelle-Zélande pour rejoindre un zoo humain en Grande-Bretagne. Je n’en ai lu que le premier volume mais je vais tâcher de dénicher les deux autres.

En faisant quelques recherches sur cette grande Exposition Coloniale, j’ai vu qu’il y avait également un « Pavillon de la Réunion » et forcément, je m’interroge sur ce qu’on y trouvait. Mon mode « recherches » est officiellement activé !

 

Cannibale d’Emmanuel Reuzé (adaptation, dessins et couleur) d’après l’œuvre de Didier Daeninckx. Emmanuel Proust Editions/ 2009.

 

palseches

 

Logo BD du mercredi de Mango 1

Publié dans Des bulles dans la mer

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Theoma 12/01/2011 17:07



ça fait froid dans le dos !



Vero 12/01/2011 17:16



N'est-ce pas!



Noukette 12/01/2011 15:40



Un texte fort... Difficile à adapter mais le pari a l'air réussi !



Vero 12/01/2011 17:17



Je ne connais pas le texte de départ mais je vais essayer de le trouver en médiathèque. Suis curieuse de le lire.



XL 12/01/2011 15:27



merci pour l'info "hors sujet"


pour l'info contenue dans ton billet, je trouve ça super intéressant mais je ne suis pas mûre pour ce genre de propos : en BD, je privilégie l'évasion ou l'esthétique


à propos de : Le bleu est une couleur chaude, je pense l'acheter, alors je te la prêterai...



Vero 12/01/2011 17:21



Ah, bonne nouvelle pour "Le bleu est une couleur chaude"! Merci d'avance pour le prêt, rien ne presse à vrai dire.


en BD, je me rends compte que je vais de plus en plus facilement vers les gros romans graphiques plutôt réalistes. Une autre façon de découvrir finalement les thèmes que j'aime en littérature.


A bientôt! Je te tiens au courant pour le 26.



Mo' la fée 12/01/2011 08:21



veux-tu que je la fasse voyager vers chez toi ??



Vero 12/01/2011 08:39



Rhaaaaaa, over-blog fait n'importe quoi! Donc je retape ma réponse:


Merci pour cette gentille proposition! Je vais d'abord voir avec la librairie de BD chez qui j'emprunte s'ils l'ont et je te dis ça. Car si la BD est un peu lourde, les frais d'envoi risquent de
s'envoler (oui j'ai beau être officiellement en France, c'est quand même l'autre bout du monde!).



Mo' la fée 12/01/2011 07:36



j'avais déjà échangé autour de cet album quand je faisais partie de l'équipe de Virus BD (la chronique de Voltaire). Ca ne me tente pas trop, certainement plus par
appréhension de me confronter à cette réalité que par peur de voir le sujet mal traité



Vero 12/01/2011 07:46



Oui je comprends, il y a comme ça parfois des thèmes que l'on n'a pas forcément envie d'aborder. Et vu tout ce qu'il y a à lire, on peut bien faire l'impasse sur deux trois trucs, non? En tout
cas, moi suis follement intéressée par ta BD du jour!