Ma vie en dix-sept pieds

Publié le

Depuis que Léo, son petit frère, est mort et que ses parents ont divorcé, rien n’est plus pareil dans la vie de Gaspard et de sa maman. Ils survivent dans un appartement qu’ils n’osent pas aménager de peur de voir surgir des souvenirs des cartons. Et ils se taisent de peur de voir l’autre se fissurer. Pendant les vacances, le centre aéré semble être une solution pour que Gaspard se change les idées. Mais il fait une arrivée un peu trop remarquée pour avoir la paix et, en guise d’activités créatives, il propose, pris de court, le haïku. De quoi attiser encore les quolibets. Heureusement, il y a Félicie, son survêtement violet et son humeur maussade… Un bea u roman sur le deuil et la difficulté d’une famille à se reconstruire après le deuil. Un beau livre aussi sur le pouvoir des mots car le haïku (et ses dix-sept pieds), c’est la manière qu’a trouvé Gaspard de ne pas sombrer, de ne pas se laisser entraîner par la mélancolie de la perte, de garder un fil avec ce petit frère trop tôt disparu. Un beau roman tout simplement.

Ma vie en dix-sept pieds de Dominique Mainard. Editions Neuf de L’école des loisirs (2008).

Crédit photo : EDL & Fnac.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Laure 02/06/2008 14:54

je le note, il me tente bien !

Véro 04/06/2008 11:18


Tu fais bien, c'est vraiment un joli livre!